troOn, créateur internet à Lille
Le véritable créateur de sites internet
depuis l'An 2000
Jeudi Veggie La campagne Jeudi Veggie, animée par l’Association végétarienne de France et L214, encourage à manger végétarien un jour par semaine. J’ai réalisé la (...)
- La plus petite galerie du monde (OU PRESQUE) Depuis octobre 1995, la plus petite galerie du monde (OU PRESQUE) est une galerie d’art à Roubaix pas tout à fait comme les autres. Le principe : (...)
Mazurié artiste plasticienne Un site riche en couleurs pour une artiste bretonne qui monte. J’ai réalisé la charte graphique en m’inspirant de son oeuvre, des teintes vives en (...)
Ales2013 Un site événementiel commandé par le CRAC Europe pour la grande manifestation anticorrida qu’il organise au mois de mai. Je me suis chargé de toute (...)
France Moyen-Orient L’actualité économique du Moyen Orient en français, c’est ce que propose ce site internet qui est alimenté régulièrement depuis plus de dix ans et qui (...)
FLAC | Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas Je m’occupe du site de la "Fédératon des Luttes pour l’Abolition des Corridas", un wordpress, sur lequel je suis en charge de la maintenance (...)
Ambassade des Pigeons Un site internet en pages statiques que j’ai récupéré dans un état calamiteux, j’ai nettoyé le code, réorganisé les contenus, simplifié la mise en page. (...)
David Allemand, Photographe de nature Abandonné par son ancien webmestre, impuissant face à sa page web infestée par un malware qui y avait établi son nid, David Allemand m’a trouvé grâce (...)
Le camion végétarien Conception graphique et technique du site de Bruno, végétalien itinérant, qui propose ses services de traiteur partout en France, faisant découvrir (...)
Roumics Rencontres OUvertes du Multimédia et de l’Internet Citoyen et Solidaire
Accueil > La foire du troOn >  troOn découvre la révolution
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille
  • Imprimer le texte
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur twitter
  • Recommander cet article
    Recommander cette page

troOn découvre la révolution

29 novembre 2007

Ouais c’est mon côté rebelle qui parle, je ne peux pas le contrôler, toujours prêt à prendre le maquis et à balancer des pavés le troOn. Non, mais je plaisante, y a pas plus calme et anti-violence que moi.

La révolution, oui j’y crois, mais dans mon fauteuil, faut surtout pas me brusquer, je crois également que les bains de sang, ce qu’on a nommé à tort des révolutions n’ont pas fait avancer l’homme, on a juste répondu à la violence par la violence, tout en changeant (relativement) la donne des maitres et des serviteurs. Au fond on a simplement recyclé et déplacé un comportement mauvais, malsain et égoïste. On a tout bonnement oublié de transformer l’homme au passage, et l’homme a omis qu’il n’était pas tout seul, qu’il vivait au milieu de ses congénères, eux-mêmes compris dans la famille plus grande des animaux, elle-même circonscrite dans la grande tribu globale des vivants, un groupe non négligeable de ce qui constitue notre planète, etc etc, on s’arrêtera aujourd’hui à l’univers.

Ma révolution ne se fait pas dans le sang, ce serait tellement absurde de prôner le crime quand la finalité du vegan moyen – et il n’est pas le seul c’est ça qui est fou – c’est justement l’abolition de tous les crimes et des injustices les plus criantes, en tous cas celles dont les sociétés humaines sont responsables. La vraie révolution serait justement celle là, de changer enfin notre regard sur l’autre, accepter l’autre dans ce qu’il est différent de nous, qu’il puisse avoir des envies et des besoins différents des nôtres, prendre en compte que si nous avons des droits, nous avons également des devoirs, faire nôtre l’idée que nous ne faisons pas à autrui ce que nous ne voulons pas que l’on nous fasse. Tout cela est déjà écrit, copié, recopié, glosé, défendu et répété depuis des siècles. Certains esprits éclairés ont même décidé de figer cela par écrit dans la déclaration des droits de l’homme. De l’homme…

Manque-t-on à ce point d’ambition et de jugement pour ne pas comprendre qu’il est de notre devoir d’élargir cette idée de justice, et de la concrétiser, à tout ce qui souffre, animaux humains comme animaux non humains ?

Nous avons le devoir de protéger et de choisir le trajet qui mène à la voie de moindre souffrance pour nous et pour ceux qui nous entourent. De quel droit jugeons nous que certains seront épargnés et que d’autres seront victimes de notre cruauté ? Ah ça ! Des droits, des lois, des centaines ont été orientées dans ce sens, mais combien sont légitimes si on part du postulat que la souffrance que nous commettons consciemment, nous les hommes humains, doit être abolie ?

C’est là, la vraie révolution, abandonner un monde qui s’est bâti sur le vampirisme (colonisation, guerres, ultra libéralisme, zoos, cirques, viande, féodalité, castes, racisme). Un vampirisme absurde et criminel, puisque dispensable. Dispensable, les vegans en sont la preuve vivante, et nous n’avons pourtant ni métabolisme spécifique ou intelligence supérieure. Réalisable ? Je l’ignore, nous n’avons pas encore vécu le monde auquel chacun de nous aspire, celui de la justice absolue, d’abord pour nous, ensuite pour les autres, ce qui au fond est la même chose si on est d’accord sur le fait que respecter l’autre c’est se respecter soi. Si nous bâtissions une éducation fondée sur le respect et la justice, les frustrations à l’origine de tous les crimes ne se réduiraient elles pas comme peau de chagrin ? Je m’interroge.

La révolution est un acte personnel, elle commence le jour où l’individu refuse de prendre pour argent comptant les vérités toutes faites et simplifiées dans lesquelles il nage depuis son enfance. Je ne dis pas qu’il va les rejeter tout en bloc ni qu’elles sont toutes fausses ou faussées. Non. Je dis simplement qu’il va user de son sens critique et expérimenter ces images d’épinal à la lumière de son intelligence.

Je dis également autre chose. Je dis que plus on avance dans ce travail de remise en question plus il y a d’unité dans la réflexion et dans les valeurs de ces illuminés.

Certains tombent dans la religion, certains penchent vers la philosophie, malheureusement il y a une frange qui verse vers le cynisme et le machiavélisme, ils sont peu nombreux mais très puissants.

Tous voient toujours davantage l’unité dans tout ce qui constitue ce concept aux multiples noms : la nature, la création, le grand tout, ce qui vit, etc. Et là on ne peut pas faire l’économie de l’action. La plupart entre dans le chemin de la compassion, certains prennent celui du cynisme (quand on commence à comprendre les mécanismes il est plus facile de manipuler les masses, je n’hésite pas à affirmer que les politiques et les puissants les plus brillants sont dans cette catégorie), les autres deviennent fous ou se tuent.

Je ne serai jamais un mystique pour tout l’or du monde, il n’en nul besoin pour accepter le fait que tout se répond dans le monde, l’adn est universel et s’est copié dans tout ce qui est vivant, tout ce qui fait l’homme se retrouve qualitativement chez la plupart des autres animaux, biologiquement, anatomiquement, comportementalement, …

Comment pourrions-nous continuer à nous mentir et refuser que les animaux puissent souffrir comme nous ? Comment pourrions-nous continuer à entretenir autant de crimes quotidiens ? Comment pourrions-nous continuer à refuser de qualifier notre alimentation carnée et toutes les autres formes d’exploitation animale comme criminelles ?

Je n’ai pas l’outrecuidance de croire que ce que j’écris est neuf, original et révolutionnaire. Je pense même qu’on peut juger ce court texte comme complètement naïf. Et alors ? Je crois à la simplicité. Je suis même persuadé que la complexité est souvent une manière sournoise de s’empêcher d’atteindre à ce vers quoi l’on tend. Je respecte les êtres sensibles donc je suis vegan, c’est pas plus compliqué que ça. A vous.


Réagissez

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->adresse lien] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.