troOn, créateur internet à Lille
Le véritable créateur de sites internet
depuis l'An 2000
Jeudi Veggie La campagne Jeudi Veggie, animée par l’Association végétarienne de France et L214, encourage à manger végétarien un jour par semaine. J’ai réalisé la (...)
- La plus petite galerie du monde (OU PRESQUE) Depuis octobre 1995, la plus petite galerie du monde (OU PRESQUE) est une galerie d’art à Roubaix pas tout à fait comme les autres. Le principe : (...)
Mazurié artiste plasticienne Un site riche en couleurs pour une artiste bretonne qui monte. J’ai réalisé la charte graphique en m’inspirant de son oeuvre, des teintes vives en (...)
Ales2013 Un site événementiel commandé par le CRAC Europe pour la grande manifestation anticorrida qu’il organise au mois de mai. Je me suis chargé de toute (...)
France Moyen-Orient L’actualité économique du Moyen Orient en français, c’est ce que propose ce site internet qui est alimenté régulièrement depuis plus de dix ans et qui (...)
FLAC | Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas Je m’occupe du site de la "Fédératon des Luttes pour l’Abolition des Corridas", un wordpress, sur lequel je suis en charge de la maintenance (...)
Ambassade des Pigeons Un site internet en pages statiques que j’ai récupéré dans un état calamiteux, j’ai nettoyé le code, réorganisé les contenus, simplifié la mise en page. (...)
David Allemand, Photographe de nature Abandonné par son ancien webmestre, impuissant face à sa page web infestée par un malware qui y avait établi son nid, David Allemand m’a trouvé grâce (...)
Le camion végétarien Conception graphique et technique du site de Bruno, végétalien itinérant, qui propose ses services de traiteur partout en France, faisant découvrir (...)
Roumics Rencontres OUvertes du Multimédia et de l’Internet Citoyen et Solidaire
Accueil > La foire du troOn >  Nourrissez vos omnis
  • Taille normale
  • Taille moyenne
  • Grande taille
  • Imprimer le texte
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur twitter
  • Recommander cet article
    Recommander cette page

Nourrissez vos omnis

14 janvier 2008

Etant donné que le vegan est un prédateur qui cherche toujours à étendre son territoire de chasse, aujourd’hui nous allons apprendre à empiéter sur le terrain des locaux professionnels et à harceler ses collègues de bureau jusqu’à ce qu’ils baissent enfin les bras, ces fourbes.

Ah ah, ils croient peut être qu’on va les laisser se goinfrer de foie gras et de saucisson pour fêter dignement Noël, non ma petite dame, un vegan c’est lourd et pesant et ça ne laisse pas les bonnes gens vivre tranquillement leur vie, c’est même carrément un emmerdeur. D’abord, il refuse les bons petits plats qu’on lui a préparé avec amour et, si l’on n’y prend garde, il nous fait gouter ses cochonneries au soja. On serait mieux dans un monde sans vegans, je vous le dis. On les foutrait tous dans un ghetto vegan, où ils boufferaient vegan, où ils boiraient vegan, où ils parleraient vegan, où ils baiseraient vegan, tout le monde serait plus heureux.

Mais revenons à cette folle fête de Noël. Et prenons comme acquis tout de suite une caractéristique inhérente à tout humain : sa fainéantise. C’est un bon point de départ et cela va beaucoup nous aider.

Parce que quand vient l’heure d’organiser un événement, l’humain panique, prétexte un manque de temps, des difficultés financières, l’impossibilité de contenter tout le monde, et finalement il remet toujours à plus tard les préparatifs et les choix à prendre. Rappelons nous à ce moment de la réflexion qu’une entreprise n’est rien d’autre qu’une accumulation d’humains empilés.

Préparez vous, entrainez vous, pour les fêtes. Il y a plein de bonnes occasions à ne pas manquer. Les fêtes de Noël sont évidemment les plus convoitées.

Première chose : le repérage

L’objectif : trouver l’heureux élu chargé d’organiser l’événement. Si vous n’avez pas été mis dans la confidence, regardez autour de vous, vous apercevrez certainement un(e) collègue au sourire plus artificiel que jamais accompagné de cernes plus creusés qu’à l’habitude. Le sourire est là pour charmer ceux qu’il doit divertir. Les cernes pour rappeler le stress et la fatigue qu’il s’apprête à endurer pour le bien commun. Si le profiling vous entraine dans une impasse, dans une engueulade ou dans des démarches qui risquent de vous faire perdre un temps précieux, dans ce cas renseignez vous autour de vous, interrogez votre hiérarchie, au pire passez des coups de fil anonymes ciblés.

Deuxième chose : la prise de contact

Cette personne nous l’appelleront dorénavant L’ORGANISATEUR. C’est le pivot, la pierre d’achoppement de tout le projet. Elle sera désormais votre meilleure amie, vous devez vous en persuader et l’en convaincre par la même occasion. Ne la lâchez plus !

Troisième chose : profiter, aider, informer.

Dans le sens inverse de l’intitulé, c’est préférable. Commencez par la sensibiliser, par lui parler de vous, de votre régime alimentaire, des bienfaits, pensez à lui donner quelques tracts sur la condition animale ou à lui envoyer des liens internet sur le sujet (pourquoi ne pas ajouter quelques mots gentils et des smileys pour bien marquer que ça y est l’organisateur c’est ton pote à toi). Il va de soi que cela fonctionnera mieux si vous vous connaissez depuis un certain temps, les barrières et les préjugés contre le végétalisme et les « bouffeurs de salades » mettent toujours un temps relativement long à être franchis. Mais sait-on jamais ? Vous êtes peut-être tombé sur la perle rare ? Au pire votre travail de sape pourra servir pour une prochaine fois.

Vous avez un régime alimentaire hors norme, il faut s’en servir. Quand l’organisateur sera cuit à point, vous pourrez enfin vous vendre, vous êtes rare, vous mangez différemment, VOUS ETES EXOTIQUE ! Et quoi de mieux pour un repas unique, celui du Noël de l’entreprise, que de gouter à des plats insolites, à des parfums inédits ? Parlez lui en termes d’entreprise : votre idée a une plus value, elle mérite d’être retenue !

Faites preuve de ruse, trouvez la corde sensible, pourquoi ne pas coupler un repas végétalien et bio par exemple, un repas écolo, bon pour notre santé et celle des animaux, comment résister à cela ?

Qui plus est vous avez, dans votre hotte, un second argument encore plus décisif, auquel peu pourraient résister. Vous vous proposez de préparer le repas vous-même (si le nombre de palais à contenter et d’estomacs à rassasier est conséquent, demandez l’aide d’amis, si vous n’avez pas d’amis rejoignez le forum de végétariens le plus proche). Ce qui comporte en soi deux avantages de taille pour l’organisateur. Toute la responsabilité et le stress sont reportés sur vous et SURTOUT ça coute carrément moins cher de préparer la bouffe soi-même que d’acheter des plats tout fait ou d’inviter un traiteur. Mais pour qu’il accepte de vous attribuer cette responsabilité, vous ne pourrez pas faire l’économie du travail précédent qui consistait à le mettre en confiance, parce si vous vous plantez ce sera lui, l’organisateur, qui en subira les conséquences et qui sera montré du doigt jusqu’à la fin de sa vie dans les couloirs de l’entreprise, plus personne ne pourra le croiser sans pouffer de rire et le plus grave : le végétalisme aura été ridiculisé et les apriori se seront encore davantage ancrés dans le crane inflexible de vos collègues. A cet instant, il ne vous restera comme choix que l’exil ou le suicide.

La meilleure solution étant de mener à bien votre projet, en vous entourant de cuisiniers et de fines gourmettes compétents.

Une fois reçu l’accord, demandez aussitôt le budget que l’entreprise est prête à miser dans ce repas, le nombre de convives à gaver et le type de nourriture (et peut-être boissons) à disposer. Histoire de ne pas vous retrouver devant de mauvaises surprises.

Une fois le budget débattu et défini, vous pouvez passer aux choses sérieuses.

Quatrième chose : les préparatifs

Il est grand temps de préparer un menu de fêtes. Selon l’époque, optez pour un repas dont certains plats sont similaires aux plats traditionnellement consommés par les omnivores. Mais attention. Ce sont ces plats qu’il faut réussir en priorité. Car c’est surtout là que votre travail sera jugé ! Par exemple pour remplacer le foie gras des toasts à base du pâté équivalent de la marque tartex est une très bonne idée.

Il est important de montrer la diversité du régime végétalien, préparez des plats sucrés et salés, des sauces, des salades, etc. Variez !

Attention à ne pas trop dépasser la somme qui vous est allouée, pour cela préférez des plats faciles à composer à partir d’ingrédients dont les prix ne sont pas excessifs. Des cakes ou des tartes par exemple peuvent être copieux, délicieux et pour des prix modiques.

Gardez toutes les factures de vos dépenses en vue de ce banquet. Je répète une nouvelle fois qu’il peut être très utile de vous faire seconder si le nombre de personnes est important et plus encore si vous ne vous sentez pas à l’aise dans une cuisine.

Une bonne idée également c’est d’imprimer une liste des ingrédients contenus dans chacun des plats, c’est une question qui reviendra souvent (surtout s’ils ont été appréciés). Si vous vous sentez vraiment sûr de vous, vous pouvez également déposer quelques tracts sur la condition animale, mais je le déconseillerai à prime abord, les gens sont venus dans un but festif et convivial, inutile de les brusquer et de leur imposer un autre biais, à mon avis ce serait improductif.

Cinquième chose : bonne chance

Le plus gros est fait, il ne vous reste plus qu’à ramener tous vos préparatifs, à disposer le tout de manière attractive, c’est important et à répondre aux questions qui vont fuser durant toute la soirée.

Dès le lendemain, normalement, l’organisateur aura un mot gentil pour vous, de plus dans la vie même de votre entreprise vous aurez gagné des points de respectabilité et d’organisation.

Mais surtout vous aurez réussi à faire franchir un cap, très difficile à dépasser autrement que par la dégustation, à toutes les personnes conviées : le végétalisme ce n’est pas que croquer des feuilles de laitue et sucer des cailloux. Ils ne pourront plus dire : manger végétalien c’est pas bon ou manger végétalien ça va pas me nourrir.

Sixième chose : les faits

dans mon entreprise, un repas végétalien a été proposé à une quarantaine de personnes dont la moitié d’enfants, ce Noël. Tout le monde a apprécié, les tartes, les cakes et le gâteau au chocolat sont partis très vite.

Pour la petite histoire un clan d’irréductibles gaulois, qui n’avaient pas compris la portée de nos préparatifs, se sont mis en tête de tartiner une vingtaine de toasts à base de crème de poisson, à la fin de la soirée la moitié de ses toasts n’avaient pas été touchés. Le gâchis est malheureux, mais c’est rassurant de se rendre compte que nos plats ont reçu le succès qu’ils méritaient.

Nous nous sommes mis à quatre pour organiser ce buffet, ce fut une belle réussite, à vous…


Réagissez

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->adresse lien] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.